Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Communiqués de Presse

24/04 - 15h55

J+20 : 36 heures pour tout donner

Tout donner. Se battre comme un enragé pour sauver le podium ou arracher la victoire. De Gedimat, toujours en tête, à Cercle Vert, ils sont cinq équipages, dix hommes engagés corps et âme dans cette quête ultime. Et ils ont 36 heures pour faire la différence. ETA à Saint-Barth dans la nuit de dimanche à lundi (heure locale soit dans la matinée, heure de Paris).
Voilà 20 jours que les leaders naviguent à vue ou à portée d'AIS. Et depuis le passage du cap Vert, cinq favoris avancent en ligne, se toisent, se croisent, s'épient, s'échangent les places, tentent des coups, réussissent, échouent, reviennent au contact, accélèrent, pensent au sud, puis finalement au centre, butent dans le vent mou, espèrent, regrettent et se réengagent inlassablement dans un combat géant qui ne s'achèvera qu'aux portes de Gustavia.
 
Plus que 300 milles pour se départager
Il ne reste plus que 36 heures pour exprimer son talent et sa niaque, pour sauver sa peau sur le podium ou poser le pied sur la plus haute marche. Or, le grand final dans les îles risque de se jouer à la mode « fin d'étape de Solitaire » avec traquenards et autres remaniements de dernière minute.
 
Jusqu'ici, tout va bien. Même s'il y a beaucoup de boulot sur le pont,  l'alizé d'est gonfle les spis à bloc, et la troupe, bien qu'un brin fatiguée, se régale dans les surfs à plus de 12 nœuds, cap au nord-ouest.  130 milles par le travers de la Martinique, ça avance vite dans le sillage de Gedimat, galvanisé par sa prise de pouvoir il y a 24 heures. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly maintiennent leur avance d'une poignée de milles sur Generali (2e), légèrement décalé sous leur vent. Au sud, Sébastien Simon et Xavier Macaire (Bretagne-CMB Performance), un peu déçus de leur position (4e à 20 milles) sont loin d'avoir baissé les bras et vont tout faire pour éviter la médaille en chocolat. Dans le nord-est des leaders, Agir recouvrement (3e à 12 milles) a un peu perdu de sa superbe, mais pas l'espoir de se refaire une santé. Quant aux hommes de Cercle Vert (5e à 27 milles), ils croient toujours en leur chance et ont d'ores et déjà adopté un rythme de quart très court, comme s'ils étaient engagés dans le sprint final.
 
La possibilité des îles
Tous les efforts déployés pour remporter cette immense course de vitesse à travers l'Atlantique pourraient être remis en cause dimanche lorsqu'il faudra multiplier les empannages dans les parages d'Antigua, Barbuda et Saint Kitts, le tout dans un vent mollissant. Les derniers bords autour de Saint-Barth, surtout, pourraient réserver un final à rebondissement. « Ne me parle pas de malheur »  s'exclame Nicolas Lunven (Generali) qui n'a pas l'intention de céder une place chèrement acquise. Les poursuivants espèrent qu'une brèche météo s'ouvre pour pouvoir tirer leurs dernières cartouches. De leur côté, les leaders seront dans l'incapacité de contrôler tout le monde…
 
Cette 13e Transat AG2R LA MONDIALE sera remportée par l'un de ces cinq valeureux tandems. C'est la seule certitude de ce samedi, avant-veille d'arrivée.
Vers un finish torride au beau milieu de la nuit à Saint-Barthélemy

Vers un finish torride au beau milieu de la nuit à Saint-Barthélemy

24/04/2016

Le suspense est incroyable. « Ca va être chaud bouillant ! » s'exclamait Gildas Mahé (Generali) à la vacation de la mi-journée. A bord des cinq bateaux de tête, les marins sont désormais en mode régate côtière en approche de l'île de Barbuda. Thierry Chabagny et Erwan Tabarly (Gedimat) avouent se sentir menacés par Adrien Hardy et Vincent Biarnès (Agir Recouvrement) revenus comme des balles. Déjà le vent de sud-est commence à s'essouffler et le dernier empannage a eu lieu vers 16h pour pointer vers l'île de Saint-Barthélemy. Les dévents, les courants aléatoires, la fatigue accumulée des 22 jours passés en mer… tous les ingrédients seront présents pour que le final de la 13e édition de la Transat AG2R LA MONDIALE soit torride ! Lire la suite
Une dernière nuit à bout de souffle

Une dernière nuit à bout de souffle

24/04/2016

Les finalistes de la Transat AG2R LA MONDIALE poursuivent leur remontée le long des îles de la Caraïbes dans un vent qui a tourné au sud-est. Vers midi, il y aura un empannage à caler pour mettre le clignotant à gauche, direction Gustavia. Gedimat, suivi, dans l'ordre du classement par Generali, Agir Recouvrement, Bretagne CMB-Performance et Cercle Vert nous promettent un final fantastique dans les petits airs autour de Saint-Barth. Un final à couper le souffle puisque les quatre premiers pourraient franchir la ligne en l'espace de 15 minutes… Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    06:44
  • Concarneau
    12:44
Espace Course Espace Presse