Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Actualités

24/04 - 18h58

Le coup de fil du soir à… un partenaire

En 2015, Generali célèbrera ses 40 ans de partenariat dans le monde de la voile. Un anniversaire auxquels tous les navigateurs ayant porté les couleurs de l'assureur seront conviés : du premier, Bruno Lunven, jusqu'à son fils Nicolas. En passant par Alain Gautier, Patrick et Yann Eliès. Marie-Christine Lanne, Directrice de la Communication de Generali nous raconte l'histoire de cette fidélité...

Nicolas Lunven et Eric Peron sont restés en tête de la transat ces quatre derniers jours (un record de longévité), jusqu'a ce que Skipper Macif ne leur vole la vedette cet après midi. Sur le podium au dernier classement, Generali fait partie des trois prétendants à la victoire. Nous avons souhaité passer un coup de fil à ce sponsor, depuis toujours fidèle aux coureurs de la classe Figaro, et partenaire-titre d'une épreuve méditerranéenne : la Generali Solo.

 Marie Christine Lanne, directrice de la communication de Generali, contactée hier au téléphone :

 Partenaires de père en fils
« Cela va faire 40 ans l'année prochaine que nous sommes partenaires de marins et de façon ininterrompue. Nous sommes le sponsor le plus ancien et le plus fidèle dans le monde de la voile. L'histoire est belle : Nicolas (Lunven) est en bonne position dans la transat. Or, c'est son père, Bruno Lunven, qui a été notre premier skipper en 1975. On est un peu sponsor de père en fils ! Avant de parrainer Yann Eliès, nous avions eu auparavant Patrick Elies, dans les années 82-83. Nous sommes particulièrement fidèles au circuit Figaro et avons eu aussi quelques années exceptionnelles sur le Vendée Globe : le premier d'Alain Gautier et celui de Yann Eliès, en 2008, avec l'accident dont tout le monde se souvient mais qui s'est bien terminé puisque nous avons sauvé notre marin.

 Une culture maritime qui remonte au 19e siècle
Generali est né dans un port, à Trieste, en 1831. À l'époque, c'est un des seuls ports de l'Empire d'Autriche et une ville très ouverte sur le monde et la navigation. Generali va aussi s'implanter à Venise après la fondation du groupe, puis Bordeaux en 1832, Hambourg etc. C'est vrai que nous avons toujours été des assureurs « généraux » d'où le nom de Generali. Mais nous avons une forte tradition maritime. Nous sommes les créateurs de l'assurance de navigation de plaisance en 1951, et c'est pour ça que, très naturellement, quelques années plus tard, nous sommes venus au sponsoring voile. Ça venait soutenir l'image de notre activité qui était à l'époque extrêmement innovante. Nous étions les seuls intervenants sur ce marché et nous avions à cœur de soutenir cette image en encourageant aussi les marins.

 Le suivi en interne
Nous relayons toutes les informations sur notre intranet. Ce week-end, lorsque nous avons vu que Nicolas était en pôle position, on a évidemment fait passer des messages. On va essayer de collecter les messages de soutien pour les leur envoyer, en tout cas ils les auront à l'arrivée. Il y a beaucoup d'attention autour de la performance de nos navigateurs. Nicolas et Eric Peron forment manifestement un beau tandem.

Image et adhésion
La mer est dans notre ADN. La voile est un vecteur d'image au sens large pour notre entreprise en France et plus largement dans notre d'autres pays du groupe Generali où nous avons aussi des opérations de sponsoring voile. L'adhésion en interne est régulière et lorsque nous avons eu une grande opération de fusion à faire, nous avons choisi de nous porter sur le projet Vendée Globe avec Yann Elies. Une aventure au delà du sport. Il y a eu beaucoup de ferveur pour le projet, de la construction du bateau jusqu'au départ, jusqu'au moment de son accident. 40 ans de voile, ce n'est pas monolithique. Parfois c'est pour l'image, parfois pour l'engagement. Le circuit Figaro permet de suivre des performances mentales qui sont tout à fait passionnantes.

 Le sponsoring, une navigation au long cours
C'est une histoire assez étrange. J'ai vu passer le dossier de Nicolas le jour où Yann a eu son accident.  Ce n'était donc pas encore le moment. Yann voulait repartir sur un Vendée Globe pour prendre sa revanche sur le destin. Nous, nous ne souhaitions pas rester sur ces gros budgets car en 2008, nous étions au début de la crise financière. Nous avons donc souhaité trouver un navigateur qui avait le même profil, les mêmes compétences, que Yann. Nicolas incarnait notre deuxième génération de navigateurs. Donc c'est 5 ans de contrat. Nous sommes un sponsor fidèle, et nous savons qu'un jour, les marins quittent le circuit Figaro quand ils sont talentueux. Nicolas cherche un partenaire pour s'engager dans le Vendée Globe. De notre côté, nous ne sommes pas prêt à y revenir.

Si Nicolas veut rester avec nous, on sera évidemment très heureux de continuer à l'encourager pour repartir dans une nouvelle étape de notre partenariat. Mais s'il trouve un partenaire pour le Vendée Globe, nous serons dans l'obligation de retrouver un navigateur aussi talentueux que lui. Cet été, il souhaitait faire une pause. C'est donc Alain Gautier qui prendra la barre de notre Figaro sur La Solitaire. Le sponsoring, c'est une navigation au long cours. Il n'y a pas que le sponsor qui compte, il y a aussi le choix du skipper. Tant que le choix converge, on reste ensemble. Dans le cas contraire, on reste bons amis. L'année prochaine, on retrouvera tous nos navigateurs pour les 40 ans de voile du groupe qu'on s'apprête à fêter. »

Pierre Leboucher et Christopher Pratt sur la Transat AG2R LA MONDIALE

Pierre Leboucher et Christopher Pratt sur la Transat AG2R LA MONDIALE

14/02/2018

C'est officiel, Pierre Leboucher a choisi de s'accompagner du talentueux Christopher Pratt sur cette 14ème édition de la Transat AG2R LA MONDIALE. Les marins se connaissent bien pour avoir régaté l'un contre l'autre sur des circuits olympiques en dériveur il y a quelques années. Lire la suite
Un duo 100% féminin sous les couleurs de Team Work !

Un duo 100% féminin sous les couleurs de Team Work !

02/02/2018

Tout juste rentrée d'Asie, où elle disputait la quatrième étape de la Volvo Ocean Race, à bord de Dongfeng, Justine Mettraux n'a pas perdu une minute et a vite remis les pieds sur son Figaro 2 ! Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    06:54
  • Concarneau
    12:54
Espace Course Espace Presse