Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Actualités

25/04 - 21h08

Les premiers mots des marins à leur arrivée

Sourires, émotion, embrassades, retrouvailles, les équipages de Cercle Vert (5e), Artemis (6e), Bellocq Paysages - Saveurs de Cornouaille (7e) et Fulgur Evapco (8e) nous ont raconté leur Transat AG2R LA MONDIALE avant même d'avoir mis pieds à terre.

Les mots de Gildas Morvan et Alexis Loison, Cercle Vert, 5e

Gildas Morvan : « On était derrière au niveau de l'Afrique. On s'est dit à ce moment-là que de partir dans le sud derrière eux, cela ne permettrait jamais de revenir. Les bateaux sont identiques, donc on s'est dit qu'il fallait naviguer différemment. C'était notre seule chance, faire une route nord, un peu plus proche d'Agir. Et en fait, on revient bien, vu l'écart à l'arrivée ! Car on avait du retard, on n'a pas de regret, on a été agressifs, on a tenté des choses, on est revenus, c'est bien. On a dormi régulièrement même sur la dernière nuit, on a fait des siestes, ça a bien fonctionné au niveau du rythme. Nous ne sommes pas trop fatigués.

Alexis Loison : « C'était intense jusqu'au bout, on ne savait pas jusqu'à quand la pétole allait retarder les premiers, on croyait dur comme fer qu'il y allait avoir un gros regroupement, que l'on allait repartir à zéro, vu les écarts à l'arrivée. Ce n'était pas loin de se passer, on y a cru ! On voyait les positons des bateaux bord à bord, c'était irréel, on était seuls, mais on espérait bien faire le tour des petits copains. C'est sympa d'avoir fini comme ça… Il était temps que je vienne à Saint-Barth, je me suis éclaté, avec Gildas, c'était génial. Derrière la carto, ça devait être passionnant, je suis bien content d'en avoir fait partie. On a le sourire, nous n'avons aucun regret. »

 

Une overdose de bonne humeur à l'arrivée d'Artemis. Robin et Sam, 6e, ont pris énormément de plaisir dans leur première transat.

Robin : Une course incroyable, une super expérience. Il y a eu des moments durs mais aussi superbes… Les premiers jours ont été difficiles quand on cavalait le long de la côte portugaise, à fond. On se disait mince, ça va être comme ça jusqu'au bout ? Il y a eu les pêcheurs le long de la côte africaine qui nous interpellaient mais on ne comprenait rien. Il y a eu la traversée du cap vert, très intéressante même si à chaque fois qu'on a traversé des îles, c'était la nuit et on ne voyait rien.

Sam :  Idem ici et ce matin, c'était incroyable de voir la terre surgir comme ça au lever du jour. On est tellement contents ! On a vraiment été à fond aussi avec les autres. On s'est retrouvés décalés d'eux les derniers jours. On savait qu'il fallait juste aller vite, rester dans le rythme. Tous les jours, on comptait les milles qui diminuaient avec les bateaux de devant et on se disait que tout aurait pu arriver si on avait eu encore 2000 milles à courir.

Robin, à propos de leur cohabitation : on se connaît depuis des années, on navigue ensemble depuis des années, on n'avait jamais fait un truc aussi gros ensemble. Mais à 100% , j'avais le meilleur gars à bord avec moi. On s'est soutenu quand c'était dur, on a vraiment pris du plaisir quand les conditions étaient bonnes. On a vraiment apprécié chaque minute.

Sam : Je n'aurais pas fait cette course avec qui que ce soit d'autre.

Ce qu'on va faire maintenant ? Repas, douche, une bière et puis on va aussi essayer de profiter de Saint Barth.

 

Martin Le Pape et Eric Peron, Bellocq Paysages – Saveurs de Cornouaille, 7e

Martin : « C'est toujours super de traverser l'Atlantique, d'arriver ici, on a pris du plaisir avec Eric, malgré le fait que l'on ait décroché depuis le cap Finisterre avec les premiers. Mais on a tout fait pour se battre même si on a plutôt perdu des places avec nos options. On était bien en pointe devant, et on s'est dit que si on passait en ligne droite, on leur mettrait un caramel, et en fait ça a pétolé.  Du coup, ce sont eux qui nous ont mis un caramel ! On ne s'est pas recalé assez vite… Une transat ça peut aussi se jouer dans le golfe de Gascogne. Cercle Vert s'en sort bien avec son option nord. Rico a un bon sens marin, il m'a appris plein de trucs, c'était intéressant de se nourrir de ses 5 Solitaire du Figaro et de ses 6 Transat AG2R LA MONDIALE.

Eric : « C'est toujours un plaisir de faire la Transat AG2R LA MONDIALE, on part de chez nous et on arrive chez nous, on adore venir ici. Sur cette course à armes égales, les gars sont vraiment bons. Chaque minute compte, chaque petite erreur se paye, la preuve, c'est tout le monde arrive en très peu de temps. On a fait des petites erreurs qui nous ont coûté cher. On retiendra ça de notre transat. On a pris du plaisir, Martin, c'est un petit gars de Port La qui progresse, il a tout pour réussir, moi je dois réviser mes gammes. »

 

Milan Kolacek et Pierre Brasseur, Fulgur Evapco (8e)

Milan : « On a surnom à notre bateau : caravane ! Ca n'avance pas trop un Figaro Bénéteau 2, mais c'était intéressant parce qu'on était proches du premier groupe. C'était super, je suis très content d'avoir navigué avec Pierre. Ce fut une super expérience, j'espère continuer mon projet en Figaro. On s'est bien entendu, une fois on a un peu discuté plus vivement, mais c'est une réussite, par rapport aux gars habitués au Figaro. »

Pierre : « Plus long c'est difficile ! On a fait le grand tour atlantique. C'est vrai qu'il a fallu rester concentrés, c'est d'ailleurs ce qui est beau chez les leaders, ils ne lâchent rien ! C'était un bel apprentissage. On a réussi à accrocher le bon groupe, on a commencé à naviguer au mois de mars, nous n'avions pas une voiles neuve, donc pour nous c'est une super réussite de les avoir accroché le plus longtemps possible. On est super contents d'arriver, l'accueil est génial, avec tous ces enfants ! »

Pierre Leboucher et Christopher Pratt sur la Transat AG2R LA MONDIALE

Pierre Leboucher et Christopher Pratt sur la Transat AG2R LA MONDIALE

14/02/2018

C'est officiel, Pierre Leboucher a choisi de s'accompagner du talentueux Christopher Pratt sur cette 14ème édition de la Transat AG2R LA MONDIALE. Les marins se connaissent bien pour avoir régaté l'un contre l'autre sur des circuits olympiques en dériveur il y a quelques années. Lire la suite
Un duo 100% féminin sous les couleurs de Team Work !

Un duo 100% féminin sous les couleurs de Team Work !

02/02/2018

Tout juste rentrée d'Asie, où elle disputait la quatrième étape de la Volvo Ocean Race, à bord de Dongfeng, Justine Mettraux n'a pas perdu une minute et a vite remis les pieds sur son Figaro 2 ! Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    06:44
  • Concarneau
    12:44
Espace Course Espace Presse