Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Actualités

12/05 - 00h01

Rhimbault et Attanasio 13e à Saint-Barth

Pierre Rhimbault et Romain Attanasio (Bretagne CMB Espoir) ont payé cher leur départ manqué. 18e au Cap Finisterre, ils n'ont pu gommer une lourde addition, mais ils ont offert un joli final, avec ce bras de fer avec Concarneau Entreprendre.

Ces presque trois semaines de transat n'ont pas été une saison en enfer, mais Pierre Rhimbault et Romain Attanasio auraient pu espérer sans doute un peu plus, un peu mieux. Le départ, qui ne fut pas un modèle du genre – ils dégolfèrent en 18e position – a pesé lourd dans le résultat final.

« Avant le départ, notre routeur nous avait conseillé de traverser le golfe de Gascogne par le sud, explique Romain Attanasio. Le soir, on est à 200 mètres de Le Macaron French Pastries quand on se retrouve collé dans une poche et, le lendemain matin, on a 60 milles de retard sur la tête de la course. » Contraint dès lors de sortir les rames en plus du spi lourd, le tandem a franchi la barrière de péage des Canaries entre Fuerteventura et Gran Canaria en 12e position, afin de glisser vers le Sud. En manque de vitesse sur la route la plus célère, le duo ne parviendra pas à redresser le bilan sportif, en demi-teinte. Pierre Rhimbault : « Le sentiment a été de courir après tout le monde. J'ai appris beaucoup de ce qu'est le large. Il y avait plein de raisons de se prendre la tête, mais on n'a rien lâché, pour gratter place après place, c'est pas mal ».


Il y eut aussi ce petit coup de stress médical, vite effacé. Au cours de la descente en direction des côtes du Maroc, Romain Attanasio s'est donné une bonne entorse à la cheville en descendant dans le cockpit de son pas souple… de quadra. Sous le cocktail du choc et de la fatigue, le compagnon de Sam Davies a perdu connaissance. « C'était drôle ! J'ai entendu un tout petit crac, mais ça allait, j'ai parlé à Pierre pour lui raconter et, d'un coup, je suis tombé dans les pommes au fond du bateau.  Pierre m'a vu disparaître d'un coup, ça a duré cinq secondes. Le médecin m'a expliqué que, comme on mange mal, on navigue avec une tension basse et, d'un coup, ça peut être rideau. Mais ça m'était déjà arrivé sur le Vendée Globe, après un choc dans le dos. Franchement, ça n'a pas du tout pesé sur notre résultat ».

Par la suite, les deux se sont retrouvés au cœur du peloton du milieu, sentant les soleils vifs percaliser leur peau. Calés sur la route du Sud et soumis au rythme des alizés, à la fois monotone en vision macroscopique – neuf jours sur le même bord, avec les mêmes réglages –  et épuisante au microscope, avec ces grains et ces refus à gérer plusieurs fois par jour, les deux compères ne sont pas parvenus à trouver la vitesse qui leur aurait permis de se mêler à la lutte pour la 10e place.

Au final, le jeune Figariste en formation dans le team Bretagne CMB et le vendéeglobiste, qui renouait avec la régate après quelques années placées sous le signe de l'aventure, terminent 14e de cette édition de la Transat AG2R LA MONDIALE.


13e : Bretagne CMB Espoir (Pierre Rhimbault et Romain Attanasio)
Temps de course : 19j 9h 52min 20s
Vitesse moyenne : 8,35 nœuds

Distance parcourue : 4475 milles à 9,60 nœuds 
Ecart au premier : 0j 22h 3min 58s

 
Yvon Breton : « Les valeurs des marins magnifient notre métier au quotidien »

Yvon Breton : « Les valeurs des marins magnifient notre métier au quotidien »

18/05/2018

C'était, pour Yvon Breton, la 14e et dernière Transat AG2R LA MONDIALE sous sa responsabilité. Le Conseiller du Directeur général d'AG2R LA MONDIALE aura créé, avec la classe Figaro et ses marins, des liens tout particuliers dont il espère avoir généré la pérennité. Lire la suite
Derniers bords et derniers honneurs

Derniers bords et derniers honneurs

16/05/2018

La 14e Transat AG2R LA MONDIALE est sur le point de baisser le rideau. Ce soir, devant la Capitainerie, aura lieu la remise des prix, à partir de 19 heures. L'occasion de célébrer une dernière fois cette grande fête populaire qui a porté l'île pendant une semaine. Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    01:28
  • Concarneau
    07:28
Trophée de
la performance
Trophée de la performance / Jeudi 10 mai 2018
Le Trophée de la Performance du jeudi 10 mai est remporté par Guyot Environnement (Pierre Leboucher & Chrsitopher Pratt) avec 219,7 milles parcourus en 24H Tous les trophées
Espace Course Espace Presse