Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Actualités

08/07 - 11h48

Rubrique santé - La récupération

La clef de la réussite sur cette course est de conserver son capital santé tout au long du mois, et donc d'effacer les traces de l'étape à chaque escale : récupération du sommeil « en retard », récupération physique, récupération alimentaire et récupération mentale sont au programme.

Le but de notre présence sur cette course est de redonner à chaque concurrent l'intégralité de son potentiel physique, à chaque étape.

Quel que soit l'objectif ou le niveau du coureur, nous devons avons avoir la même exigence de soin.

Nous accueillons les coureurs dès leur arrivée, pour s'enquérir de leur santé, parfois ce ne sont que quelques maux. Si cela débouche sur une consultation c'est qu'il s'agit alors d'une urgence et qu'elle nécessite une prise en charge complémentaire (radio, échographie, IRM, scanner). Le temps pour les remettre sur pied étant court, chaque instant est précieux.

Le plus souvent, nous les soignons après une bonne nuit de sommeil plus ou moins réparateur.

Le premier jour est l'occasion de répertorier les soucis physiques de chacun, de décider entre le  médecin et les kinés d'une stratégie thérapeutique et de s'y tenir.

Techniquement cette journée est dédiée aux massages et aux étirements, il s'agit de récupération passive. Le massage permet d'améliorer le retour veineux, donc de favoriser la récupération. Le pétrissage des muscles permet de remobiliser les fibres du muscle les unes par rapport aux autres,  redonnant de l'extensibilité. 

La position assise prolongée des skippers associée à une nutrition aléatoire pendant l'étape entraine bien souvent des problèmes de transit. L'ostéopathie viscérale prend ici tout son sens pour relancer la vascularisation intestinale.

Nous essayons d'organiser également des cours de streching collectifs chaque soir.

Les autres jours de l'escale sont dédiés à la poursuite des soins et à la récupération active.

La mobilité du corps permet une meilleure oxygénation des tissus et donc une meilleure récupération. Il s'agit donc pour les skippers de se remettre en mouvement par des footings à allure moyenne, une séance de vélo ou de natation.

Les soins ostéopathiques et kinésithérapiques complètent ces journées.

Pour certains, c'est aussi le moment de la récupération mentale, en mettant en pratique ce qu'ils ont travaillé pendant l'hiver avec leur coach : analyse de la course, acceptation du résultat pour pouvoir préparer l'étape suivante, ré-affiner ses objectifs en fonction de la performance précédente et se projeter pleinement dans l'étape à venir.

La récupération comprend aussi toute la partie invisible, que l'on peut appeler dans d'autres sports comme « faire le métier ». Il s'agit de bien s'alimenter, bien dormir, ne pas se laisser tenter par les animations quotidiennes ou nocturnes sur le village de la course. Il s'agit aussi de gérer son temps, entre le repos nécessaire, la projection vers l'étape suivante, les médias, la famille, les soins, les briefings....

L'expérience joue ici un très grand rôle, les éditions passées permettent au coureur de gérer son temps, de savoir quand dormir à terre, et en quelle quantité. C'est un peu comme un grand décalage horaire, certains ont besoin de se reconnecter au temps présent « sédentaire », quand d'autres vont dormir sans mettre de réveil sans se soucier des horaires extérieurs. L'entraînement pendant l'hiver permet de connaître son profil idéal de récupération.

À deux, c’est mieux

À deux, c’est mieux

19/04/2018

Initiateur de la Transat AG2R LA MONDIALE en 1992, Yvon Breton revient sur le concept de cette traversée de l'Atlantique en monotype qui partira dimanche à 13h00 devant Concarneau : un prélude en baie de La Forêt de huit milles avant d'aller virer une bouée au Nord de Las Palma (Canaries), puis direction Saint-Barthélemy (Antilles), soit 3 870 milles à courir… Lire la suite
Priorité sécurité

Priorité sécurité

19/04/2018

Avant de partir traverser l'Atlantique, soit 3 870 milles entre Concarneau et Saint-Barthélemy via Las Palma (Canaries), les dix-neuf duos ont eu le droit à un briefing sécurité pour réviser les procédures à suivre en cas de problème à bord. Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    11:46
  • Concarneau
    17:46
Espace Course Espace Presse