Concarneau - Saint-Barth départ 22 avril 2018
Retour aux actualités

Actualités

15/05 - 22h44

De jour comme de nuit

Cette quatorzième édition marque la dernière participation du Figaro Bénéteau 2 sur la Transat AG2R LA MONDIALE, remplacé en 2020 par la version 3. Or pour clore cette traversée de 3 870 milles entre Concarneau et Saint-Barthélemy via les Canaries, les quatorze premiers équipages ont largement battu le meilleur temps établi en 2006. Les vainqueurs, Adrien Hardy & Thomas Ruyant, n'ont mis que 18 jours et demi pour rallier Gustavia…

Jour 1 : ça passe à l'Ouest

Les prévisions météorologiques étaient particulièrement favorables dès le coup de canon libérateur, dimanche 22 avril à 13h00, avec une entame en douceur dans un flux de secteur Ouest d'une dizaine de nœuds. Et après le prélude côtier en baie de La Forêt, les dix-neuf partants enroulaient rapidement la marque Jaune des Glénan, Anthony Marchand & Alexis Loison en tête, pour envoyer le spinnaker et traverser le golfe de Gascogne dans de petits airs passés au Nord-Ouest, sur une mer apaisée. Et c'est au lever du jour le lendemain que la flotte commençait à se disperser en éventail sur plus de vingt milles en latéral, afin de longer une dorsale qui avait des velléités à les rattraper.

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 179,3 milles par Bretagne CMB Performance

Jour 2 : le petit train espagnol

Premier abandon : Damien Cloarec a tellement mal au dos que Damien Guillou doit tout faire à bord de Saferail, impliquant un retour à la maison. Et pendant ce temps, la flotte a convergé sur le cap Ortegal en une chenille processionnaire qui établit une première hiérarchie en passant à l'intérieur du DST cap Finisterre. Les conditions de vent portant sont encore maniables, mais les duos s'attendent à un gros renforcement une fois la pointe ibérique débordée : ils ne seront pas déçus !

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

3-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

Trophée de la performance : 148,8 milles par Bretagne CMB Performance

Jour 3 : la baston portugaise

La brise est au rendez-vous : plus de 40 nœuds avec rafales et grosse mer… Et deux équipages voient leur mât plier sous l'effort : Martin Le Pape & Yoann Richomme (MACIF) sont les premiers à se dérouter vers Porto, Benjamin Dutreux & Frédéric Denis (Sateco-Team Vendée Formation) vers Figueira da Foz… Il faut dire que les duos ne font pas dans la dentelle : spinnaker maxi jusqu'à 40 nœuds pour surfer à plus de 17 nœuds ! Certains ne contrôlent plus leur bateau sur une méchante vague et partent au tapis à l'image du couple Tanguy Le Turquais & Clarisse Crémer (Everial) qui ne pourra plus jamais revenir au contact du peloton. Quant à Guillaume Farsy & Renaud Nicot (Cornouaille-Solidarité Saint-Barth), ils font escale à Lisbonne pour remplacer leur tangon cassé dans un départ au tas.

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

3-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

Trophée de la performance : 280,5 milles par Bretagne CMB Performance

Jour 4 : des vitesses hallucinantes

Le tempo a pris des tours avec toujours un alizé portugais puissant (vent de Nord à Nord-Ouest de 35-40 nœuds), une mer enfin rangée et des surfs endiablés : les benjamins de la Transat en double s'en donnent à cœur joie et explosent les compteurs avec 339,5 milles en 24 heures, soit 14,14 nœuds de moyenne ! Du jamais-vu dans la série. Et ils ne sont pas les seuls à avaler les milles, atteignant la latitude de Gibraltar au bout de quatre jours. Mais il va falloir choisir un chemin car les alizés faiblissent et les tandems ont la possibilité de raser l'île de La Palma ou de traverser les Canaries… Le duo Farsy-Nicot repart du Portugal avec 24 heures de retard et plus de 500 milles de décalage.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 328,1 milles par Concarneau Entreprendre

Jour 5 : la décision madérienne

Ils sont trois équipages à croire à la route la plus directe, en rasant la marque virtuelle au Nord de La Palma : Hardy-Ruyant, Simon-Lagravière, Marchand-Loison. Le reste de la flotte a choisi plus ou moins tôt de piquer plein Sud, cap sur les alizés africains. La brise de secteur Nord a tendance à mollir et le choix du passage entre les îles dépend en grande partie du timing de la décision stratégique : plus les tandems tardent, plus ils sont au milieu de l'archipel à l'image d'Erwan Tabarly & Thierry Chabagny (Armor Lux-Gedimat) qui sont les derniers à changer leur fusil d'épaule.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 238,5 milles par Groupe Royer-Secours Populaire et Bretagne CMB Performance

Jour 6 : le grand écart

Les trois leaders viennent de passer l'île de La Palma avec difficulté alors que le peloton déboule au milieu de l'archipel grâce à l'effet Venturi : les premiers naviguent plutôt à huit nœuds, les « Sudistes » plutôt à dix nœuds… Reste à savoir si le rallongement de la route (environ 200 milles) sera compensé par une moyenne quotidienne supérieure car d'un côté l'anticyclone poursuit les « Nordistes » avec ses calmes, de l'autre la courbure des alizés laisse entendre qu'il faudra descendre jusqu'au Cap-Vert ! Et au sein de l'archipel, ceux qui sont les plus proches du Maroc semblent nettement avantagés pour glisser dans la pression.

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

3-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

Trophée de la performance : 194,5 milles par Groupe Royer-Secours Populaire

Jour 7 : l'incertitude totale

Positionnés à l'Ouest, le triumvirat est évidemment largement en tête au classement, mais redescendre vers le tropique du Cancer n'est pas une sinécure. D'ailleurs le duo Marchand-Loison s'est fait prendre par des calmes que n'ont pas vécus de la même façon leurs deux autres compères. Et il y a toujours deux nœuds de différentiel vitesse face aux « Sudistes » qui glissent rapidement à une soixantaine de milles des côtes africaines. Déjà, Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola) mènent la danse avec Pierre Leboucher & Christopher Pratt (Guyot Environnement)…

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

3-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

Trophée de la performance : 232,8 milles par Les Frigos Solidaires

Jour 8 : le grand virage

Le delta entre les deux options atteint plus de 200 milles ! Mais au Nord, le trio peine encore dans un vent assez instable qui semble convenir au tandem Simon-Lagravière. Et au Sud, le peloton a déjà pris le virage avant la Mauritanie et n'a pas à glisser encore plus : les alizés d'une bonne vingtaine de nœuds sont là, toujours un peu plus soutenus pour les plus austraux. Il y a déjà plus de cinquante milles de décalage latéral entre Mahé-Troussel et Éric Péron & Miguel Danet (Le Macaron French Pastries). Dans chaque camp, on s'interroge sur le moment de la jonction… Et surtout sur son résultat hiérarchique.

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 183,3 milles par Le Macaron French Pastries

Jour 9 : ambiance tropicale

Le peloton navigue à 150 milles au Nord de l'archipel du Cap-Vert, dans un alizé de Nord-Est modéré, mais qui permet d'aligner près de dix nœuds de moyenne. Mais tout le monde ne va pas aussi vite et ceux qui avaient choisi une voie un peu plus septentrionale ont du mal à suivre le rythme. Quant au trio du Nord, il tricote au gré des bascules pour gagner vers le Sud au plus vite. Tous sont désormais sous le tropique du Cancer alors que les alizés semblent cette fois bien installés jusqu'aux Antilles. Seul bémol : les grains du soir commencent à poindre avec leurs rafales et leurs molles…

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 226,4 milles par Armor Lux-Gedimat

Jour 10 : avantage au trio

Le verdict tombe enfin ! Même s'ils ont été un peu moins rapides que le peloton ces derniers jours, le triumvirat peut crier victoire : il va croiser devant les « Sudistes » ! Mais déjà ce trio explose puisque Hardy-Ruyant changent de cap pour piquer vers les Antilles quand Simon-Lagravière poussent encore pour se caler devant la flotte alors que Marchand-Loison traînent comme un boulet leur petit passage à vide après La Palma. Et au sein du peloton, difficile de départager les plus septentrionaux Tabarly-Chabagny, des plus austraux Mahé-Troussel. Ce jour va s'avérer être le point névralgique de la Transat en double !

1-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

2-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 226,7 milles par Guyot Environnement

Jour 11 : au Nord, au Sud, au centre ?

Impossible de départager les leaders qui naviguent désormais de conserve sur le 19° parallèle : les alizés soufflent pour tous les équipages, mais il y a tout de même un poil plus de pression dans le Sud. Il y a cent milles d'écart latéral entre le duo Hardy-Ruyant et le tandem Mahé-Troussel alors qu'au milieu, Simon-Lagravière semblent hésiter sur le chemin à suivre : où est le véritable danger ? Quant au peloton, il s'étale en longitude sur plus de cent vingt milles alors que Justine Mettraux & Isabelle Joschke (TeamWork) indiquent qu'elles ont violemment heurté un container avec leur quille.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 230,0 milles par Le Macaron French Pastries

Jour 12 : suivre la courbe

Si le peloton suit approximativement la même trajectoire courbe en suivant les isobares, il y a tout de même cent milles de différentiel latéral entre les leaders Hardy-Ruyant et les plus austraux Mahé-Troussel. Et cela entraîne quelques divergences stratégiques derrière puisque certains grimpent progressivement dans le sillage des premiers à l'image du duo Péron-Danet quand d'autres glissent lentement plus au Sud tels le tandem Simon-Lagravière. Et en retrait, impossible de savoir encore si Mathieu Claveau & Pierre Loulier (Les Frigos Solidaires) ne vont pas se faire phagocyter par l'anticyclone et laisser passer Guillaume Farsy & Renaud Nicot (Cornouaille-Solidarité Saint Barth) qui rasent l'archipel du Cap-Vert.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire)

Trophée de la performance : 233,5 milles par Guyot Environnement

Jour 13 : changement hiérarchique

La nouvelle du jour vient du Sud : les austraux sont incontestablement légèrement plus rapides grâce à des alizés qui prennent du coffre autour de 25 nœuds en obliquant très lentement vers l'Est. Toutes les interrogations concernent le timing de ce passage du vent à l'Est : si la rotation vient, les « Nordistes » pourront croiser devant ; si elle tarde, les « Sudistes » auront moins de route à couvrir… Et rien ne semble annoncer un grand changement de régime, si ce n'est des grains nocturnes plus toniques.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Pierre Leboucher & Christopher Pratt (Guyot Environnement)

Trophée de la performance : 245,4 milles par Guyot Environnement

Jour 14 : objectif orthodromie

L'affaire semble entendue : les « Nordistes » vont au bout de leur option en visant l'orthodromie, la route la plus directe entre les Canaries et les Antilles tandis que les « Sudistes » persistent à viser Saint-Barthélemy pour raccourcir leur chemin. Le différentiel latéral atteint donc 135 milles à 1 000 milles de l'arrivée ! Et si les leaders sont droits dans leurs bottes, certains au sein du peloton doutent encore de la trajectoire idéale : les empannages de recadrage ne sont pas forcément très productifs.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 228,9 milles par Breizh Cola

Jour 15 : gérer les sargasses

La Direction de Course les avait prévenus : un champ d'algues s'est développé du Brésil jusqu'au Nord de l'arc antillais, ces sargasses dérivant au gré des alizés et des courants de surface en se dispersant. Les équipages passent donc régulièrement une corde à nœuds le long de la quille et une perche sur les safrans pour retirer ces freins hydrodynamiques. Et en distance au but, les partisans du Sud reviennent petit à petit à une dizaine de milles des leaders. Si les alizés ne basculent pas plus, l'issue de cette Transat en double devient de plus en plus incertaine !

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 244,5 milles par Bretagne CMB Performance

Jour 16 : l'empannage décisif

Le duo Hardy-Ruyant change enfin de cap, quasiment le long de l'orthodromie, comme nombre d'autres tandems plus au Sud. Les trois premières paires se retrouvent sur la même ligne à 550 milles de Saint-Barthélemy, mais il y aura encore des empannages de recadrage. Dans le peloton, les placements sont aussi importants pour conserver sa position car le podium ne semble plus réservé qu'à quatre prétendants : Agir Recouvrement, Bretagne CMB Performance, Breizh Cola, Guyot Environnement. Chaque équipage regarde aussi dans le rétroviseur pour ne pas se faire déborder sur ces derniers bords.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 232,7 milles par Agir Recouvrement

Jour 17 : fragrances tropicales

Ça sent la terre ! À un peu plus d'une journée du final, les duos veulent avant tout sauver leur place quitte à en gratter une, mais cela devient de plus en plus difficile car les conditions météorologiques sont identiques pour tous et, à part quelques « pif-paf » pour attaquer le prédécesseur, il n'y a plus grand-chose à faire d'autre que de se concentrer sur la vitesse… et les algues de plus en plus persistantes.

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 221,9 milles par Agir Recouvrement

Jour 18 : dernière ligne droite

Le suspense tombe : à moins d'un événement exceptionnel, personne n'imagine que le duo Adrien Hardy & Thomas Ruyant ne va pas remporter cette quatorzième édition de la Transat AG2R LA MONDIALE, la dernière en Figaro Bénéteau 2. Agir Recouvrement est bien calé en tête avec plus de dix milles de marge sur Bretagne CMB Performance qui a tenté un dernier coup en montant encore plus haut vers le septentrion. Il y a toutefois une incertitude : la troisième marche du podium est très ouverte entre Gildas Mahé & Nicolas Troussel face à Pierre Leboucher & Christopher Pratt qui ne sont quasiment pas quittés des yeux depuis les Canaries !

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Trophée de la performance : 219,7 milles par Guyot Environnement

Jour 19 : des arrivées en rafale

Après 18j 11h 48' 22'' de course, Adrien Hardy & Thomas Ruyant sont sacrés vainqueurs à Gustavia ! Ils devancent de plus d'une heure le duo Sébastien Simon & Morgan Lagravière tandis que Gildas Mahé & Nicolas Troussel sortent gagnants de leur duel avec Pierre Leboucher & Christopher Pratt. Après 19 jours de mer, huit équipages sont déjà arrivés à Saint-Barthélemy et le lendemain, quatorze Figaro Bénéteau 2 battent le temps de référence établi en 2006 ! C'est dire si le rythme a été élevé dès Concarneau et les conditions météorologiques idéales depuis le cap Finisterre…

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement)

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance)

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola)

Jours suivants : tous à bon port

Près de trois plus tard, Mathieu Claveau & Pierre Loulier (Les Frigos Solidaires) ont droit à un accueil particulièrement chaleureux à Gustavia : les deux compères avaient choisi de se démarquer dès le golfe de Gascogne et le delta n'a fait qu'augmenter car les conditions météorologiques étaient nettement moins favorables sur une route proche de l'orthodromie. Et deux jours plus tard, Guillaume Farsy & Renaud Nicot (Cornouaille-Solidarité Saint-Barth) achevaient aussi leur traversée ponctuée par une escale technique au Portugal qui leur aura coûté bien plus cher que leurs 24 heures d'arrêt.

Classement à l'arrivée à Saint-Barthélemy :

1-Adrien Hardy & Thomas Ruyant (Agir Recouvrement) en 18j 11h 48' 22'' sur 4 216 milles parcourus

2-Sébastien Simon & Morgan Lagravière (Bretagne CMB Performance) en 18j 12h 57' sur 4 261 milles parcourus, à 1h 09' 18'' du premier

3-Gildas Mahé & Nicolas Troussel (Breizh Cola) en 18j 15h 36' 40'' sur 4 469 milles parcourus, à 3h 48' 18'' du premier

4-Pierre Leboucher & Christopher Pratt (Guyot Environnement) en 18j 15h 50' 55'' sur 4 457 parcourus, à 4h 02' 33'' du premier

5-Anthony Marchand & Alexis Loison (Groupe Royer-Secours Populaire) en 18j 17h 52' 00'' sur 4 265 milles parcourus, à 6h 03'38'' du premier

6-Corentin Douguet & Christian Ponthieu (NF Habitat) en 18j 18h 43' 22'' sur 4 458 milles, à 6h 55' 00'' du premier

7-Erwan Tabarly & Thierry Chabagny (Armor Lux-Gedimat) en 18j 20h 30' 15'' sur 4 439 milles parcourus, à 8h 41' 53'' du premier

8-Éric Péron & Miguel Danet (Le Macaron French Pastries) en 19j 00h 12' 25'' sur 4 455 milles parcourus, à 12h 24' 03'' du premier

9-Ronan Treussart & Simon Troël (Les Perles de Saint-Barth) en 19j 05h 34' 03'' sur 4 458 milles parcourus, à 7h 17' 41'' du premier

10-Justine Mettraux & Isabelle Joschke (TeamWork) en 19j 06h 53' 02'' sur 4 480 milles parcourus, à 19h 04' 40 du premier

11-Thomas Dolan & Tanguy Bourroulec (Smurfit Kappa-Cerefrance) en 19j 09h 05' 10'' sur 4 472 milles parcourus, à 21h 16' 48'' du premier

12-Loïs Berrehar & Erwan Le Draoulec (Concarneau entreprendre) en 19j 09h 50' 35'' sur 4 443 milles parcourus, à 22h 02' 13'' du premier

13-Pierre Rhimbault & Romain Attanasio (Bretagne CMB Espoir) en 19j 09h 52' 20'' sur 4 475 milles parcourus, à 22h 03' 58'' du premier

14-Tanguy Le Turquais & Clarisse Crémer (Everial) en 19j 15h 51' 04'' sur 4 433 milles parcourus, à 1j 04h 02' 42'' du premier

15-Mathieu Claveau & Pierre Loulier (Les Frigos Solidaires) en 21j 09h 03' 20'' sur 4 340 milles parcourus, à 2j 21h 14' 59'' du premier

16-Guillaume Farsy & Renaud Nicot (Cornouaille-Solidarité Saint-Barth) en 23j 04h 50' sur 4 784 milles parcourus, à 4j 17h 01' 38''

Abn-Damien Clorac & Damien Guillou (Saferail) problème médical

Abn-Benjamin Dutreux & Frédéric Denis (Sateco-Team Vendée Formation) démâtage

Abn-Martin Le Pape & Yoann Richomme (MACIF) démâtage

Les candidats retenus pour la sélection Skipper Macif 2019 Qui succédera à Charlie Dalin ?

Les candidats retenus pour la sélection Skipper Macif 2019 Qui succédera à Charlie Dalin ?

02/10/2018

Ce lundi 1er octobre, les membres du jury ont examiné les candidatures reçues dans le cadre de la sélection du Skipper Macif 2019. Après de nombreux échanges, les membres ont pré-sélectionné 4 skippers pour une semaine d'épreuves intensives qui se déroulera du 15 au 19 octobre au Pôle Finistère Course au large de Port-la-Forêt. Après délibération, les 4 skippers retenus sont : Eric DELAMARE, Corentin HOREAU, Pierre QUIROGA et Julien VILLION. Les finalistes sont attendus au Pôle Finistère Course au Large de Port-la-Forêt le lundi 15 octobre pour la semaine de sélection, avec au programme : entretiens individuels, tests physiques, météo et stratégie, navigations en solitaire et une présentation individuelle de leurs projets sportifs. Le nom du Skipper Macif 2019 sera dévoilé le 19 octobre à 18h. Lire la suite
Yvon Breton : « Les valeurs des marins magnifient notre métier au quotidien »

Yvon Breton : « Les valeurs des marins magnifient notre métier au quotidien »

18/05/2018

C'était, pour Yvon Breton, la 14e et dernière Transat AG2R LA MONDIALE sous sa responsabilité. Le Conseiller du Directeur général d'AG2R LA MONDIALE aura créé, avec la classe Figaro et ses marins, des liens tout particuliers dont il espère avoir généré la pérennité. Lire la suite
Temps de course
  • Saint-Barth
    15:34
  • Concarneau
    21:34
Trophée de
la performance
Trophée de la performance / Jeudi 10 mai 2018
Le Trophée de la Performance du jeudi 10 mai est remporté par Guyot Environnement (Pierre Leboucher & Chrsitopher Pratt) avec 219,7 milles parcourus en 24H Tous les trophées
Espace Course Espace Presse